Actualités

Christophe Devys succède à Claude Evin à la tête de l'ARS Ile-de-France

[Santé-santé mentale - 03/07/15]

Christophe Devys, 59 ans, va prendre la direction de l'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France à partir du 17 août. Ancien conseiller social de Jean-Marc Ayrault à Matignon, énarque, conseiller d'État, Christophe Devys a aussi été membre du cabinet de Lionel Jospin à Matignon et a dirigé le cabinet de Marylise Lebranchu au ministère de la Justice, entre 2000 et 2002. Il succède à Claude Evin, 66 ans, ancien ministre de la Santé socialiste, qui occupe la direction générale de l'ARS francilienne depuis septembre 2009. (source : le Quotidien du Médecin)


Dossier de l'Institut Français de l'Education : "Lire pour apprendre, lire pour comprendre"

[Etudes et rapports - 01/07/15]

La maitrise des compétences littéraires est devenue un enjeu de plus en plus crucial au sein de notre société. La lecture, au delà du cadre de littératie restreinte, est un véritable outil pour interpréter le monde, structurer les expériences et construire des connaissances. Les usages liés à la maitrise de la lecture experte ne découlent pas, à l'instar du langage, de l'immersion naturelle dans la société. La lecture pour apprendre et pour comprendre nécessite un apprentissage spécifique qui fait l'objet encore aujourd'hui de diverses controverses.
Que veut dire savoir lire à notre époque ? Une première définition caractérise l’acte de lire comme la capacité à établir des relations entre les séquences de signes graphiques d’un texte et les signes linguistiques propres à une langue naturelle (phonèmes, mots, marques grammaticales), mais c’est aussi la prise de connaissance du contenu d’un texte écrit. Prendre connaissance, c’est comprendre le sens du texte dans un contexte spécifique. Apprendre à lire revient donc à apprendre à comprendre.
C'est sous cet angle que nous abordons dans ce Dossier de veille les questions de lecture experte ou littéraire, à partir des recherches en psychologie cognitive d'une part, puis de la didactique de la lecture d’autre part.
Nous nous intéresserons plus particulièrement à la place du lecteur au sein de la relation texte/auteur et à la démarche interprétative qu'il doit adopter. En effet, l'acte de lecture aujourd'hui c'est comprendre au delà des simples mots, c'est s'approprier le texte dans une approche sociale et culturelle qui favorise la connaissance des autres et de soi-même.
Gaussel Marie (2015) . Lire pour apprendre, lire pour comprendre . Dossier de veille de l'IFÉ, n°101.
/// Lire le dossier


Diplôme universitaire 2015-2016 "Adolescents difficiles, approche psychopathologique et éducative"

[Formation - 29/06/15]

Les inscriptions pour le diplôme universitaire "Adolescents difficiles, approche psychopathologique et éducative", dirigé par le professeur David Cohen et le professeur émérite Philippe Jeammet,  sont ouvertes.
La formation est organisée en 9 sessions de deux jours consécutifs par mois, un mardi de 9h à 18h et un mercredi de 9h à 17h. Elle est dispensée sous forme de conférences, de tables rondes, de témoignages et d’ateliers d’analyse de situations et d’échange de pratiques.

Le contenu central du DU, est la psychopathologie des adolescents complété par des apports en sciences humaines (psychologie, sociologie, sciences de l’éducation, droit…) des exemples de pratique et de travail en réseau. Trois grands axes :
· Les adolescents aujourd’hui
· Les difficultés et les troubles des adolescents
· Les pratiques professionnelles

Public requis :
Professionnels intervenant auprès d’adolescents dans les domaines :
- de la santé : psychiatres, pédiatres, médecins, psychologues, infirmiers, personnels des établissements médico-sociaux…
- du champ social : assistants de service social, éducateurs, personnels des services d’aide sociale à l’enfance, professionnels ou bénévoles des associations caritatives
- de la politique de la ville et de l’insertion : personnels des missions locales, des points informations jeunesse, de l’animation sociale, périscolaire, culturelle et sportive
- de l’Education nationale : responsables d’établissement, conseillers principaux d’éducation, personnels intervenant dans les dispositifs relais, enseignants (notamment auprès de mineurs détenus), personnels sociaux et de santé
- de la justice : magistrats, avocats, personnels de la P.J.J. (secteur public et secteur associatif habilité), de l’administration pénitentiaire intervenant en quartiers mineurs ou établissements pénitentiaires pour mineurs
- de la police et de la gendarmerie : policiers des brigades de protection de la famille, de sûreté urbaine, des services de prévention, gendarmes des brigades de prévention de la délinquance juvénile, des unités périurbaines très sensibles, formateurs des fonctionnaires de police et de gendarmerie.
/// En savoir plus


"Vingt ans d'accueil et de soins des exilés victimes de la torture". Un rapport du Centre Primo Levi

[Interculturalité-migrants - 26/06/15]

A l'occasion de ses vingt ans et de la Journée internationale du soutien aux victimes de la torture, le Centre Primo Levi publie le rapport "Vingt ans d'accueil et de soins des exilés victimes de la torture".
Le génocide rwandais, la guerre civile en République démocratique du Congo, aujourd’hui la guerre avec l’Etat islamique, les dictatures au Soudan et en Erythrée ou encore la persécution des Tchétchènes ont forcé ou forcent des milliers de civils, qui jusque-là menaient une vie comme la nôtre, à fuir leur pays et à chercher refuge ailleurs. Ils « cherchent » plus qu’ils ne « trouvent » refuge car les obstacles sont nombreux sur leur parcours et les pays d’accueil sont bien souvent des pays de « non-accueil », voire de « désaccueil ». Leurs traumatismes sont ainsi redoublés par l’exil et les conditions de vie à leur arrivée.
Créé il y a tout juste vingt ans, le Centre Primo Levi offre à ces derniers une prise en charge psychologique et médicale ainsi qu’un accompagnement juridique et social. Vingt ans d’accueil et de soins, donc, mais aussi vingt ans de formation des professionnels et de plaidoyer pour améliorer la prise en charge de cette population invisible.
Fort de son expérience unique, le Centre Primo Levi souhaite avec ce rapport présenter ses constats, casser certains préjugés et tirer les conclusions nécessaires pour offrir une vie digne à ces personnes brisées par la violence.
/// Lire le rapport


Une école de la réussite pour tous (rapport du CESE)

[Etudes et rapports - 25/06/15]

En septembre 2011, un rapport du CESE sur les inégalités à l'école (Xavier Nau) faisait, comme d'autres rapports, le constat d'un renforcement des inégalités sociales et culturelles des enfants à l'école, et émettait des préconisations destinées à lutter contre ces inégalités. Dans ce nouvel avis, le CESE aborde la question de la réussite scolaire en mettant l'accent sur les publics les plus défavorisés, notamment ceux marqués par la grande pauvreté. Il a mené plus de 200 auditions, rencontré des acteurs de l'éducation, et fait participer à ses travaux des parents vivant dans la grande pauvreté, adoptant avec eux la démarche de « Croisement des savoirs ». S'appuyant sur une série d'entretiens, d'auditions, de visites et de rencontres, le CESE présente des expériences de terrain, puis émet de nouvelles préconisations.
Auteure : GRARD Marie-Aleth
Conseil Economique et Social
Mai 2015, 138 pages.
/// Lire le rapport


Un texte de Joseph Rouzel. Protéger, assister, surveiller, éduquer des mineurs: de quel droit ?

[Protection de l'enfance - 16/06/15]

A lire sur le site de Psychasoc, Institut Européen Psychanalyse et Travail social, un article de Joseph Rouzel, psychanalyste, éducateur spécialisé, écrivain, directeur de l’Institut Européen Psychanalyse et Travail Social de Montpellier.
Extrait :
"Il y a 70 ans le 27 janvier 1945, l’Armée Rouge découvrait le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz en Pologue, qui allait devenir le symbole de la barbarie nazie.
Le 2 février de cette même année, le gouvernement provisoire la République  française ordonne que « Les mineurs auxquels est imputée une infraction qualifiée crime ou délit ne seront pas déférés aux juridictions pénales de droit commun, et ne seront justiciables que des tribunaux pour enfants, des tribunaux correctionnels pour mineurs ou des cours d'assises des mineurs. » (Art. 1) et que par conséquent: « Le tribunal pour enfants, le tribunal correctionnel pour mineurs et la Cour d'assises des mineurs prononceront, suivant les cas, les mesures de protection, d'assistance, de surveillance et d'éducation qui sembleront appropriées. » (Art.2)
La coïncidence, à une semaine près de ces deux évènements m’a mis la puce à l’oreille. J’y vois un lien entre la lutte contre la barbarie et l’éducation des plus jeunes de nos concitoyens.Et j’ai un pensée émue pour ma tante, Jeanne Couplan, du réseau de Résistance Turquoise en Bretagne, partie en fumée au camp de Ravensbrück à 29 ans, quelques jours avant la libération du camp.
Ce fond tragique nous poursuit. Les massacres récents à Charlie Hebdo et dans un supermarché kasher, sont venu nous le rappeler.  Qu’avons-nous loupé en matière d’éducation pour que des jeunes gens deviennent ainsi des assassins ? Non seulement des assassins de personnes, mais aussi de valeurs, de principes, d’idées. Assassinat de la liberté de penser et de s’exprimer, assassinat au titre d’une appartenance à une communauté… Dany Cohn Bendit avait beau jeu alors de proposer dès le lendemain de ces tueries que l’on en revienne à des principes clairs et affirmés d’éducation des plus jeunes. Ceci en faisant une petite entame financière sur le marché du sport footballistique. L’idée est généreuse, mais elle ne suffit pas.Pour ouvrir ces questions, et peut-être questionner ces bonnes intentions, qui coulent aussi à fleur de l’Ordonnance de 1945, je vais m’en remettre  à ma mémoire de grand-père. Et extraire quelques événements qui dans ma vie m’ont rapproché de cette tradition éducative portée et supportée par ce qu’on désigne de nos jours comme « protection judiciaire la jeunes » (PJJ). J’en tirerai au passage quelques leçons."
/// Lire l'article


Un nouveau centre pour les femmes enceintes et les mères isolées : le Centre Sésame

[Famille-parentalité - 16/06/15]

Lundi 1er juin, la Maire de Paris, Anne Hidalgo,a inauguré le centre maternel Sésame, aux côtés de son adjointe, Dominique Versini, et du Maire du 19e arrondissement, François Dagnaud. A cette occasion, elle a rencontré le personnel et les mères accueillies.
Le centre maternel Sésame est géré par l’association ESSOR. Ce centre, situé dans le 19e arrondissement, rue Armand Carrel, est l’un des 3 centres maternels gérés par l'ESSOR. Il peut accueillir les femmes enceintes d’au moins 7 mois et mères isolées, avec leur enfant de moins de 3 ans, qui rencontrent des difficultés matérielles et psychologiques.
L'admission est prononcée par la directrice de l’établissement en lien avec les services de l’Aide Sociale à l’Enfance  des départements concernés. (Source : Mairie de Paris).
/// En savoir plus


Afficher les résultats 1 à 7 sur un total de 288
<< Première < Précédente 1-7 8-14 15-21 22-28 29-35 36-42 43-49 Suivante > Dernière >>