Actualités

Rapport d'information fait au nom de la commission des finances sur l'enquête de la Cour des comptes relative à la protection judiciaire de la jeunesse

[Etudes et rapports - 29/01/15]

En application de l'article 58, paragraphe 2° de la loi organique du 1er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF), la commission des finances a confié à la Cour des comptes, une enquête sur la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), permettant d'en dresser un état des lieux, alors qu'une réforme est préparation au sein du ministère de la justice, afin d'améliorer le suivi éducatif ou coercitif des jeunes mineurs délinquants et de mieux prendre en considération les droits des victimes en vue d'un jugement dans un délai maximum de deux mois suivant la convocation. Pour préparer l'examen de cette réforme de l'organisation de la PJJ, la commission a jugé utile de disposer d'une appréciation de l'efficacité de l'organisation actuelle des missions de la PJJ ; tel était l'objet de l'enquête de la Cour des comptes. Cette enquête demandée à la Cour des comptes visait notamment à évaluer les conséquences du changement du cadre législatif et financier : les interventions de la PJJ ont été recentrées depuis 2007 sur la prise en charge des mineurs délinquants, parallèlement à une réduction des dotations budgétaires et à une diminution des effectifs réels de près de 6 % entre 2008 et 2012 dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP).
/// Lire le rapport


Comment supporter la prison ?

[Parution - 23/01/15]

La prison existe, et probablement encore pour longtemps. Créée pour punir, elle est également censée être un lieu de réhabilitation de soi et de prévention des récidives. C’est ce versant « éducatif » qui la rend supportable pour notre humanité. Mais on sait ce qu’il en est en réalité : peu de travail socio-éducatif, des soins médicaux largement perfectibles, des conditions de détention indignes… Comment ceux qui y travaillent supportent-ils d’y intervenir ? Un travail qui respecte la dignité des personnes privées de liberté est-il possible en prison ? Quelles peuvent être les ouvertures portées par les intervenants du quotidien et par des intervenants associatifs extérieurs à l’institution ?
Revue V.S.T. n°124, publiée par les Céméa.


Un recueil de bonnes pratiques relatives aux actions et expériences locales en matière de prévention de la délinquance et de la récidive

[ - 19/01/15]

Afin de faciliter la mise en œuvre de la stratégie nationale de prévention de la délinquance 2013-2017, un dispositif de référencement des bonnes pratiques a été mis en place. Il s’agit, en s’inspirant d’expériences locales réussies, de proposer aux acteurs locaux des fiches méthodologiques et descriptives d’actions qui mériteraient d’être développées.
Le Comité interministériel de prévention de la délinquance (CIPD) est chargé de repérer des expériences locales susceptibles de constituer des bonnes pratiques.
Ces actions ont vocation à s’inscrire dans les programmes d’actions de la stratégie nationale de prévention de la délinquance mais elles ne sont nullement exclusives d’un financement au titre du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).
L’instance de référencement, pilotée par le secrétaire général du CIPD, est composée des différents ministères membres du Comité interministériel de prévention de la délinquance, de l’association des maires de France (AMF) et du Forum français de la sécurité urbaine (FFSU).
Trente fiches de bonnes pratiques ont ainsi été élaborées à partir d’actions menées localement.
Le dispositif de référencement mis en place reste tout à fait perfectible à ce stade en particulier concernant les aspects évaluatifs. La première série de fiches diffusée permet toutefois d’ores et déjà de porter à la connaissance des acteurs locaux de la prévention de la délinquance des fiches-actions, dont ils pourront utilement s’inspirer.
/// Accéder aux fiches de bonnes pratiques


Le sensoriel. Revue Adolescence

[Parution - 13/01/15]

Après un article introductif des coordinateurs de ce numéro et une contribution de Philippe Jeammet sur l’investissement de la sensorialité dans le but d’endiguer le débordement émotionnel toujours vif à l’adolescence, ce volume reprend, dans une première partie, des communications ayant eu lieu lors d’un colloque organisé à Villetaneuse, en janvier dernier. Les contributions de Philippe Givre, Catherine Matha, Jean-Yves Chagnon et Stéphanie Barouh-Cohen articulent toute l’approche théorique autour du recours à la sensorialité à une situation clinique décrite avec précision. Où l’on peut constater combien le sensoriel est destiné à circuler entre le patient et son thérapeute et donc, si l’on pouvait en douter, à entrer toute entière en jeu dans la dynamique transféro-contre-transférentielle. O. Ouvry, en s’appuyant sur le film Jeune et Jolie de F. Ozon, insiste sur l’émergence d’une jouissance Autre, propre au pubertaire et que la sensorialité viendrait marquer, d’une manière toute spécifique, de son évidente actualité. Les articles de A. Maurin et Ch. Mazars abordent la question du sensoriel à travers des champs cliniques (la place du corps adolescent dans les institutions de l’Education nationale, et les enjeux de l’investissement du slam poésie qui ouvrent sur le registre de la culture.
Dans une seconde partie, on retrouve une compilation de contributions qui reprennent, dans un maillage serré, questions théoriques et présentations cliniques. V. Boucherat-Hue, avec les enjeux d’une clinique péripsychotique, S. Le Poulichet et l’apparition au décours d’un travail psychothérapique de théories fantastiques articulées à la création d’enveloppes sensorielles paradoxales, C. Lheureux-Davidse en s’appuyant sur la clinique de l’autisme, insistent sur l’importance de la prise en compte du registre du sensoriel dans l’évolution favorable de jeunes patients aux prises avec des troubles identitaires et identificatoires plus ou moins majeurs. L. Branchard et G. Pirlot abordent la question de l’alexithymie en tant qu’elle trouverait dans l’expression sensorielle un possible support à l’élaboration. A. Boisseuil construit son article à travers l’exposition de liaisons sensorielles en tant qu’elles seraient l’expression de temporalités en construction. Enfin, M. Corcos s’engage dans l’étude de la thématique de ce numéro en proposant une lecture clinique, théorique et littéraire, à l’évidente originalité.
Ce numéro se termine par un article hors thème de M. Delorme sur les enjeux de la prescription de psychotropes à l’adolescence et par une analyse comparative entre rêve et bande dessinée, menée par J. Roseman dans le cadre de la rubrique Dehors.
Revue Adolescence T.32 n°4, 2014
/// En savoir plus


Maltraitance chez l’enfant : repérage et conduite à tenir. Un dossier de la Haute Autorité de Santé

[Protection de l'enfance - 08/01/15]

La HAS a réalisé un travail pour aider le professionnel de santé à repérer et à prendre en charge les enfants victimes de violence. Ce guide s’adresse aux médecins libéraux généralistes, pédiatres et psychiatres ; les médecins et les puéricultrices de PMI ; les médecins et infirmières scolaires ; les médecins et paramédicaux hospitaliers (notamment des services d’urgences, de pédiatrie et de radiologie) ; les sages-femmes ; les médecins et paramédicaux des structures d’accueil de la petite enfance et des services médico-sociaux.
/// Lire l'interview du Dr Muriel Dhénainqui présente ce guide
/// Accès aux documents


Les dispositifs ITEP en devenir

[Parution - 05/01/15]

De création récente, les instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques s’inscrivent aujourd’hui dans un devenir institutionnel dont les enjeux sociaux, scientifiques et éthiques débordent les problèmes de cultures professionnelles, de frontières juridiques et de territoires de compétences qui se trouvent actuellement sur le devant de la scène. L’évolution envisagée vers des dispositifs ITEP pose tout autant, à travers et au-delà de l’analyse des parcours des jeunes, la question de la prise en compte des troubles psychiques dans le cadre du handicap que celle de la place de la singularité dans une école en crise face au défi de l’inclusion scolaire, et qui se trouve confrontée à l’injonction d’accueillir des élèves « différents », alors même qu’elle est loin d’en avoir fini avec le traitement de la diversité de ceux qu’elle accueille déjà. Analyser le rôle et l’évolution des ITEP, c’est poser la question de ce qui fait œuvre éducative, thérapeutique et pédagogique pour des sujets troublés et troublants repérés bien souvent et trop souvent dans une dimension réparatrice, voire corrective : rééduquer leur soma hyperactif, leur psyché mal défendue leur langage mal structuré, leur comportement en mal de cadre etc.
Auteurs : Dossier dirigé par Sylvie Canat, maître de conférences, université de Montpellier 3 et Hervé Benoit, INS HEA / Grhapes.
Editions Champ social


L’ANESM publie ses recommandations de bonnes pratiques sur l’expression et la participation dans le champ de la protection de l’enfance

[Protection de l'enfance - 02/01/15]

Comment favoriser l’expression et la participation du mineur, du jeune majeur et des parents dans le champ de la protection de l’enfance ? Comment la participation renforce-t-elle le développement de l’autonomie et de la responsabilisation ? En se basant sur le cadre réglementaire et l’éthique professionnelle, cette recommandation vise à promouvoir les pratiques professionnelles garantissant le droit des usagers et l’intérêt du mineur.
/// Lire la synthèse des recommandations


Afficher les résultats 1 à 7 sur un total de 251
<< Première < Précédente 1-7 8-14 15-21 22-28 29-35 36-42 43-49 Suivante > Dernière >>